Le mag

Dons aux associations : le paradoxe entre baisse de la confiance et augmentation des dons en 2020

SOLIDARITÉ

Bien que fortement actives et mobilisées pendant la crise sanitaire de la Covid-19, les associations et les fondations connaissent une très forte baisse de la confiance que leur accordent les Français selon l’étude de l’observatoire du Don en Confiance réalisée par Viavoice et publiée en novembre 2020. Pour autant, les donateurs n’ont pas cessé de se montrer généreux au cours de cette période d’après le benchmark d’Iraiser, éditeur de logiciels dédiés aux organismes à but non lucratif. Comment expliquer ce paradoxe ?

Une baisse importante du niveau de confiance


39%. C’est le nombre de Français qui déclarent avoir confiance dans les associations/fondations appelant aux dons. Il s’agit d’une diminution de 16 points par rapport à 2018, malgré la forte mobilisation des associations pendant la crise sanitaire. Et cette baisse est commune à tous les acteurs sociaux et économiques (collectivités locales, entreprises, syndicats, partis politiques etc…).

Le manque de confiance : un frein pour les dons

Le lien de corrélation entre dons et niveau de confiance parait bien entendu assez étroit. En effet, la première raison pour laquelle les Français ne donnent pas est due au manque de confiance quant à l’utilisation par les bénéficiaires de l’argent (68%). Viennent ensuite le manque d’argent pour réaliser un don (56%) et le sentiment d’avoir déjà contribué par des actions quotidiennes (37%). Ces chiffres font ressortir que la confiance est bien l’un des principaux prérequis pour faire un don, puisqu’elle détermine l’action de donation de plus de 2/3 des Français.

 

Une paradoxale hausse des dons

Pour autant, la générosité des Français n’a pas diminué lors du premier confinement. Iraiser, plateforme de gestion des dons, fait ressortir une augmentation exponentielle des dons lors de cette période.

En effet, les dons en ligne ont augmenté de 393% lors de la dernière quinzaine de mars et jusqu’à +693% lors de la première quinzaine d’avril (en comparaison avec la même période en 2019). Une partie de ces dons est évidemment liée à la situation sanitaire puisque les dons pour la recherche médicale augmentent de 90% sur la période de mars, et de 241% sur celle d’avril. Mais toutes les causes connaissent une hausse des dons plus ou moins importante sur la période d’avril (+ 310% en moyenne).

Cette augmentation peut être expliquée par le profil des donateurs réguliers, qui représentent 40% de la population. Issus des ménages les plus aisés, et avec une confiance accordée facilement pour presque la moitié d’entre eux, ils donnent des montants plus importants que le reste des donateurs. De plus, les donateurs ont sûrement eu moins de freins pour verser de l’argent aux associations utilisant Iraiser s’ils leur accordaient une confiance plus élevée que la moyenne.

Apporter des preuves pour renforcer la confiance

Finalement, les donateurs les moins confiants sont ceux qui ne donnent pas ou ponctuellement. Avec une diminution des donateurs réguliers de 4% par rapport à 2019, il devient essentiel de fidéliser et transformer ces derniers. La hausse des dons reste à nuancer puisqu’elle a eu lieu au début de la période de confinement.

Il reste donc important pour les associations de travailler sur l’amélioration de ce niveau de confiance. Pour plus de la moitié des français, elle se construit avec l’apport de preuves réelles sur l’utilisation des fonds.

 

Ceci implique une transparence dès l’appel à dons, afin que les potentiels bienfaiteurs prennent connaissance des besoins réels nécessaires à la réalisation du projet.

 

Les chiffres et l’analyse du comportement des donateurs, lors de second confinement, sera précieuse afin de confirmer ou d’infirmer ces chiffres. La prochaine étude de Viavoice pour Don de Confiance sera l’occasion d’analyser si les constats de 2020 se confirment en 2021 et, en fonction, de « déterminer si elle est due au contexte actuel et à la défiance ambiante ou s’il s’agit d’une amorce de tendance de fond », conclut Nathalie Blum, directrice générale du Don en confiance.

 

Réagissez

Déjà inscrit(e) ?

En cours (3min): Dons aux associations : le paradoxe entre baisse de la confiance et augmentation des dons en 2020

Ces articles peuvent vous intéresser

SOLIDARITÉ

Prix de l’ESS 2020 : les Compagnons Bâtisseurs Provence récompensés dans la catégorie utilité sociale

Créée en 1979, l’association Les Compagnons Bâtisseurs Provence œuvre à améliorer les conditions de vie des personnes mal logées. Lauréate du prix de

3min

SOLIDARITÉ

Zoom 2020 sur la finance solidaire : on en veut encore plus !

La finance solidaire compte, fin 2019 en France, 159 produits d’épargne solidaire labellisés Finansol*, pour un encours total de 15,6 milliards d’euro

2min

ÉCONOMIE

Impact de l’économie sociale et solidaire : ESS France investigue et publie son atlas 2020

ESS France, l’association de représentation et promotion de l'économie sociale et solidaire, publie la 5ème édition de l’atlas de l’ESS. Une mine

2min

ActifsRadio, radio digitale de l’ESS et de l’innovation sociale

NOS ENGAGEMENTS

Le Crédit Coopératif finance une économie réelle au service de l’humain et de son environnement.

Découvrir

DEVENEZ SOCIÉTAIRE

En savoir +

Derniers billets de blog

Non classé Billet de blog

NOS FINANCEMENTS REFLÈTENT NOS PRINCIPES ET NOS VALEURS

En 2021, comme depuis 40 ans, il nous importe de préserver notre indépendance, notre liberté de décider et d’agir. La stratégie de financement et notr

1min

COOPÉRATIVE Billet de blog

Une semaine en milieu paysan – retour de terrain d’Hélène, chargée de mission

Hélène, coordinatrice de l'antenne de T&H à Ouagadougou et chargée de mission sur le terrain, nous fait un retour d'expérience suite à la 2ème session

1min

Non classé Billet de blog

BURKINA FASO : UNE URGENCE NON-MÉDIATIQUE

Depuis 2016, le Burkina Faso est confronté à une situation politique sans précédent. Au regard des événements sécuritaires liés aux groupes armés radi

2min

INNOVATION SOCIALE Billet de blog

Interview de Kevin, résident chez Habitat et Humanisme "Jamais je n’aurais pensé vivre ça"

Kevin a 32 ans, jeune actif, il est résident chez Habitat et Humanisme Ile-de-France au sein de la maison intergénérationnelle Chabrol, qui accueille

2min