Le mag

L’insertion par l’activité économique, défis et solutions un an après le lancement du plan pauvreté

INNOVATION SOCIALE

Au lendemain du lancement du pacte d’insertion par l’activité économique par Emmanuel Macron, les acteurs de l’IAE reviennent sur ce secteur foisonnant de créativités et d’initiatives, mais aussi de défis à surmonter. Retour sur l’actualité de ce secteur avec Joséphine Labroue du Conseil de l’Inclusion dans l’Emploi, Claudine Leclerc de SocialCOBizz, Valérie Leccia du département des Yvelines, Chloé Simeha de Croix-Rouge insertion, Emmanuel Gagnerot du Crédit Coopératif*.

 

En 2019, 3 800 organisations (entreprises et associations) emploient 140 000 personnes en insertion par l’activité économique (IAE) sur le territoire national. Le plan national pauvreté (tiré du rapport Borrelo**) de septembre 2019 veut aller plus loin et a pour objectif de positionner 100 000 personnes supplémentaires en parcours d’insertion par l’activité économique d’ici à 2022.

 

L’insertion par l’activité économique (IAE), késako ?

Créé dans les années 70, ce dispositif a pour objectif de remettre en emploi les chômeurs de longue durée, les personnes bénéficiaires des minimas sociaux et les travailleurs reconnus handicapés. Un accompagnement professionnel, technique et social est mis en place afin d’assurer la reprise d’une activité salariée pérenne au sein d’entreprises classiques à l’issue des deux années du contrat IAE. Ces organisations de l’IAE ont pour objectif de concilier performance économique et projet social.

 

Un nouveau cap pour de nouveaux modèles

« L’employabilité n’existe pas, il n’y a que des rencontres professionnelles » explique Jean-Marc Borello, président du directoire du Groupe SOS, à propos des personnes fortement éloignées de l’emploi. D’accord avec cette affirmation, les acteurs de l’IAE mettent en avant deux challenges principaux pour les années à venir : tout d’abord la consolidation du modèle économique des organisations par la création ou le développement d’activité commerciale, mais aussi l’amélioration de l’accompagnement social vers le réemploi sur le marché du travail traditionnel à l’issue du contrat d’IAE.

Dans un contexte de réduction des investissements publics depuis plusieurs années, les entreprises de l’insertion ont développé des activités entrepreneuriales afin de pérenniser leur mission sociale. Ainsi de nouveaux modèles, comme des formes d’hybridation multi-acteurs, ont émergés et ont aujourd’hui le vent en poupe. « De plus en plus, des joint-ventures*** sociales voient le jour. Elles prennent aussi en compte l’impératif écologique et alimentaire en développant par exemple des activités de maraîchage bio en circuit court. De plus, l’essaimage sur la base d’un modèle économique similaire est facilité par ces joint-ventures. Ces dernières présentent aussi l’avantage de soutenir le changement d’échelle des IAE » explique Claudine Leclerc, directrice de SocialCOBizz.

 « Les rapprochements entre entreprises traditionnelles et celles de l’IAE présentent de nombreux atouts, explique Chloé Simba de la Croix Rouge insertion. L’entreprise apporte une organisation rigoureuse grâce à des process éprouvés et de nombreux contacts qualitatifs et générateurs de commandes. De son côté, les entreprises d’insertion sont un magnifique vivier de recrutement potentiel pour les entreprises traditionnelles et développent des techniques de production innovante.

Toutefois, nous devons faire communiquer ces deux mondes qui n’ont pas les mêmes repères, les mêmes codes. Mais une fois dépassés ces barrages « culturels », les synergies entre ces acteurs sont créatrices d’importantes valeurs ajoutées sociales et économiques. Car elles  facilitent entre-autre le passage entre le dispositif IAE et le salariat classique pour les collaborateurs ».

 

Des collines encore à gravir

C’est 100 000 postes supplémentaires dans les entreprises d’IAE sont une très bonne nouvelle pour le secteur, « mais il ne faut pas tomber dans le travers de l’emploi occupationnel », comme le pointe Emmanuel Gagnerot, responsable du développement du marché de l’économie sociale et solidaire du Crédit Coopératif. Ainsi, il est nécessaire de trouver des débouchés à ces personnes à l’issue de leurs deux années en entreprise d’insertion. Pour ce faire, la levée des freins des entreprises au recrutement de ces salariés par les entreprises classiques est cruciale, insiste Valérie Lecia, chargée du développement de l’économie sociale et solidaire dans le département des Yvelines, avec l’appui de Chloé Simba. Proposer des solutions de soutien à la prise de poste est l’un des éléments de réassurance pour les chefs d’entreprises, conclut Valérie.

Pour accompagner ces ambitions, Emmanuel Gagnerot rappelle le rôle clef du partenaire bancaire qui est un acteur décisif pour les trésoreries des structures d’insertion dont les fonds de roulement sont souvent à consolider.

Plus d’informations sur l’insertion par l’activité économique sur le site portail-iae.org

 

L’insertion par l’activité économique en chiffres****

  • 261 100 : nombre de personnes bénéficiant du dispositif de l’IAE dont 38% de femmes
  • 3800 : nombre d’organisations relevant de l’IAE en France
  • 38 : pourcentage de personnes au chômage depuis 24 mois ou plus lors de leur intégration dans une organisation de l’IAE
  • 37 : taux en pourcentage global d’insertion dans l’emploi avec des variations importantes pour chaque type de structures.

 

* propos recueillis lors de la conférence sur l’insertion par l’activité économique à l’occasion du Forum Convergences le 5 septembre 2019.

** rapport « donnons-nous les moyens » rédigé par Jean-Marc Borello, président du directoire du groupe SOS sur demande de la ministre du travail Muriel Pénicaud.

*** joint-venture sociale : entreprise sociale créée et portée en commun par des acteurs complémentaires. Définition fournie par Claudine Leclerc, directrice de SocialCOBizz, l’un des intervenantes

**** chiffres tirés du rapport du ministère du travail sur l’insertion par l’activité économique une hausse importante des embauches en 2017 et d’un rapport publique de la Cour des comptes l’insertion des chômeurs par l’activité économique une politique à conforter

Réagissez

Déjà inscrit(e) ?

En cours (4min): L’insertion par l’activité économique, défis et solutions un an après le lancement du plan pauvreté

Ces articles peuvent vous intéresser

INNOVATION SOCIALE

Dadou Moano, réfugié, entrepreneur à la sortie de Refugeeks

A 36 ans, Dadou Moano est l’initiateur et l’un des fondateurs de RefuHelp, association créée après 6 mois de formation dans le programme Refugeeks de

4min

INNOVATION SOCIALE

Participez au concours du Crédit Coopératif et de France Barter

En partenariat avec le Crédit Coopératif, France Barter a lancé, le 30 janvier 2018, un concours national auprès des entreprises, clientes du Crédit

58s

ActifsRadio, radio digitale de l’ESS et de l’innovation sociale

NOS ENGAGEMENTS

Le Crédit Coopératif finance une économie réelle au service de l’humain et de son environnement.

Découvrir

DEVENEZ SOCIÉTAIRE

En savoir +

Derniers billets de blog

SOCIÉTÉ Billet de blog

EXPOSITION UNSUNG HEROES // Elles brisent le silence

Unsung Heroes donne à voir et à entendre l’injustice faite aux femmes à travers le monde, mais aussi leur acte de résistance, leur engagement, leur vo

2min

COOPÉRATIVE Billet de blog

Du 18 au 27 octobre 2019, mobilisons-nous tous ensemble pour l'Heure Solidaire !

Pour le passage à l'heure d'hiver, on gagne tous une heure ! Et si nous la donnions aux plus démunis ?

1min

INNOVATION SOCIALE Billet de blog

Habitat et Humanisme, acteur majeur de l’Habitat inclusif en France

Habitat et Humanisme a inauguré 3 nouveaux habitats inclusifs et intergénérationnels pour répondre à l’exclusion et l’isolement des personnes fragilis

1min

INNOVATION SOCIALE Billet de blog

La réalité virtuelle au service des personnes en situation de handicap

Oséos propose aux personnes en situation de handicap et d’isolement une expérience sensorielle avec des casques de réalité virtuelle.

55s