Le mag

Simplon : le code a changé

ÉCONOMIE Portrait

Avec 52,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et une croissance annoncée à 3% pour 2017, le secteur numérique s’envole en France. Des perspectives nouvelles qui n’échappent pas aux jeunes et aux demandeurs d’emplois, nombreux à se tourner vers le web, un domaine jusqu’ici réservé à une élite. Sur le marché de la formation, l’école Simplon détonne par sa totale gratuité et son ouverture maximale, bousculant les vieux modèles pédagogiques.

Copyright Manon Riff Sbrugnera

Et si la révolution numérique entrainait d’autres révolutions ? Pour beaucoup, c’est une évidence : les nouvelles technologies sont une opportunité inespérée pour faire évoluer les mentalités. C’est animé de cette grande ambition que d’anciens étudiants de Frédéric Bardeau, co-fondateur de Simplon, sont venus lui présenter un projet un peu fou, en 2013 : « Je leur avais donné des cours en innovation numérique au Celsa et ils m’ont contacté, des années après. Ils voulaient importer le modèle des boot camps américains (centres d’apprentissage intensifs dans le numérique) en France. » Tout comme nos cousins d’Amérique donc, mais avec une dimension sociale assumée, loin des clichés, pas toujours infondés, sur les recettes miracles des start-ups de la Silicon Valley, engrangeant des milliards.

 

 

Un modèle vertueux

Ici, l’objectif est plus terre à terre puisqu’il s’agit de répondre à une demande croissante de collaborateurs compétents dans le domaine du web (développeurs, intégrateurs, référents…), tout en garantissant une formation de qualité et des débouchés solides à des personnes très éloignées de l’emploi. Le modèle économique de la structure est d’ailleurs un subtil mélange de business traditionnel, fondé sur l’offre et la demande et de financements institutionnels, mobilisant des acteurs publics ou privés aux intérêts convergents : « Il y a trois sources de revenus pour Simplon : l’achat des prestations de formation par le pôle emploi (30%), les Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), les régions, les subventions et le mécénat (30%), les activités de service de la société Simplon Prod et les apports liés aux écoles franchisées (40% pour ces deux dernières ressources). » Parce que Simplon s’exporte, loin même. Basé à Montreuil, le concept a donné naissance à 29 autres écoles en France, appelés Fabriques et 6 à l’étranger, qui fonctionnent avec les mêmes modalités que l’originale – cours intensifs sur sept mois, pas de sélection et une insertion rapide – mais qui conservent chacune leurs spécificités : « Il n’était pas question pour nous de se reproduire, comme une chaîne. Chaque fabrique est unique car son identité dépend beaucoup du porteur de projet sur place. »

Un réseau d’écoles pour les recalés

C’est une autre caractéristique du label, les demandes afflux de partout et viennent d’institutions variées (politiques, associations, établissements publics…). Surtout, elles émanent souvent de territoires réputés difficiles, où Simplon semble pouvoir apporter beaucoup : « Les écoles sont nombreuses dans les quartiers classés en géographie prioritaire, cela représente environ 60% de nos établissements. C’est aussi le cas à l’étranger (Bruxelles notamment), dans les déserts ruraux ou les outre-mer. Les élus sont souvent à l’initiative. Une fois sur deux, ce sont eux qui nous appellent et nous privilégions ces lieux où nos écoles prennent tout leur sens. » Le simplonien type n’existe pas vraiment. Les élèves partagent seulement des parcours tortueux et une mise à distance forcée du monde du travail, pour des raisons variées : trop vieux, trop femmes, pas assez diplômés voire pas du tout, handicapés, réfugiés… Aux yeux de ses fondateurs, l’envie et la passion sont les seuls préalables requis pour intégrer Simplon : « Nos formations sont qualifiantes ou certifiantes et toujours exigeantes. Mais elles s’adressent à tous. Si un candidat se montre motivé, s’intéresse vraiment au web et qu’il nous semble capable de déployer une grande force de travail, il nous intéresse. »

Des critères souples par rapport aux autres formations du genre, qui garantissent un brassage large, propice à l’émulation intellectuelle. Invités à travailler toujours en groupe, en mode projet, les étudiants sont idéalement préparés à la vie en entreprise, concentrés sur des objectifs très concrets. Pas de cours magistraux interminables ni de grandes théorie : de la pratique, encore de la pratique. Et ça marche ! Simplon enregistre 78% de sorties positives, dont 65% comme salariés, 19% comme créateurs d’entreprise et 16% en poursuite d’étude. Près de 800 élèves sont déjà passés entre ses murs. Auréolée de trois labels d’Etat (French Tech, la France s’engage et Grande école du numérique), l’institution est devenue le fer de lance d’une révolution sociale numérisée !

 

Pour en savoir plus

Le site de Simplon

Le blog Agir & Co de Simplon

Nos offres pour les associations

Nos offres pour les entreprises

Réagissez

Déjà inscrit(e) ?

En cours (3min): Simplon : le code a changé

Ces articles peuvent vous intéresser

ÉCONOMIE Interview

Titres associatifs : ALIMA prépare son avenir

Le 3 janvier, The Alliance for International Medical Action (ALIMA), a annoncé avoir levé deux millions d’euros de titres associatifs, devenant la pre

2min

ÉCONOMIE Analyse

La relation ternaire s’applique aussi au développement à l’international

Le Crédit Coopératif a développé depuis 2013 un partenariat avec la banque coopérative espagnole Laboral Kutxa, principalement active au Pays basque e

2min

ÉCONOMIE Interview

ESS : les bons tuyaux de l’Avise

Créée en 2002, l’AVISE est une agence d’ingénierie pour « entreprendre autrement », notamment par toutes les formes d’économie sociale et solidaire (E

3min

ActifsRadio, radio digitale de l’ESS et de l’innovation sociale

NOS ENGAGEMENTS

Le Crédit Coopératif finance une économie réelle au service de l’humain et de son environnement.

Découvrir

DEVENEZ SOCIÉTAIRE

En savoir +

Derniers billets de blog

SOLIDARITÉ Billet de blog

République Démocratique du Congo : actualité d’un pays sous tension

En 2018, à l’approche des élections présidentielles, la République démocratique du Congo est en proie à la fois à une crise économique, à une forte in

1min

ENVIRONNEMENT Billet de blog

GRAP devient l’un des pionniers du FRENCH IMPACT

GRAP Groupement régional alimentaire de proximité lyonnais est un groupe coopératif d’entrepreneurs qui veut favoriser en région Rhône Alpes l’aliment

1min

ENVIRONNEMENT Billet de blog

Caimanes : Chronique d’un territoire sacrifié

La communauté rurale de Caimanes, au Chili, a vu s’implanter sur son territoire le troisième plus grand réservoir de déchets miniers du monde.

1min

INNOVATION SOCIALE Billet de blog

MEDICOOP INNOVE DANS LE SECTEUR MEDICO SOCIAL AVEC LE SOUTIEN DU CREDIT COOPERATIF

Les MEDICOOP sont des coopératives présentes sur l'ensemble du territoire national, dont l'objet principal est de remplacer les salariés abs

16s